Open positions

Postdoc positions

Intracerebral recordings, microelectrodes, epilepsy, spike sorting

 

DURATION 2 years (possible renewal)
STARTING DATE 01/11/2017
BRIEF DESCRIPTION OF THE PROJECT 

Single unit and LFP analysis in human epileptic patients

The general goal of this project is to improve knowledge on pathophysiology of epilepsy, in particular the interictal events and the epileptic seizures. With the development of intracerebral recordings with microelectrodes in our epileptic patients, we are now able since several years to perform continuous intracerebral recordings at different scales, from usual macroelectrodes to single neuron recordings, in the interictal period but also during seizures, in multiple intracerebral areas.

The main role of the position will be to perform electrophysiological analysis of intracerebral signals at different periods: during the interictal period and preictal period and to study the link with multiunit/single unit activities in cortical areas.

Main activities The doc /post-doc will be integrated in a multidisciplinary team including researchers, engineers, clinical electrophysiologists, neuroradiologists and neurosurgeons. He/she will receive a full assistance from an engineer for the data acquisition and storage. In addition, he/she will have inputs from several researchers/methodologists in signal analysis.
Qualification & experience required The candidate should have a PhD or equivalent in Signal analysis or Neuroscience related field. Expertise in signal processing and good analytical skills (MATLAB) are required, notably in spike sorting analysis. Since the analytic approaches needed for this study have been extensively developed and used in animals, previous experience in animal in vivo or in vitro experiments is a plus.
Application Process Candidates should submit curriculum vitae, a cover letter and contact information for two referees. Application should be sent to Pr Vincent Navarro
 (vincent.navarro@aphp.fr).

Contact: Vincent Navarro

PhD positions

Undergrad intern positions

Mécanismes neuronaux néocorticaux de la mort et de la réanimation

La question abordée par l’étudiant(e) en Master, stagiaire dans notre équipe, sera double : quel est l’effet in vivo
d’une anoxie cérébrale prolongée, cause ultime de la mort, sur les propriétés électriques neuronales et les activités
synaptiques corticales ? et, comment ces mêmes propriétés sont-elles restaurées lors d’une réanimation cardiorespiratoire ?

Il s’agira donc d’identifier pour la première fois en « temps réel » et in vivo, dans un modèle
expérimental déjà existant dans notre équipe [1], les mécanismes neuronaux accompagnant l’arrêt des fonctions
cérébrales lors d’une anoxie complète et leur récupération lors d’une ré-oxygénation contrôlée. En particulier,
l’étudiant(e) tentera d’identifier, au cours des mêmes expériences, les mécanismes neuronaux et synaptiques soustendant : les activités corticales à hautes-fréquences survenant dans l’EEG au cours de la période anoxique précoce[2], la transition vers un état cérébral isoélectrique [électroencéphalogramme (EEG) « plat »], la survenue d’une onde cérébrale appelée « Wave-of-Death » [3] considérée comme un marqueur de mort neuronale et, les processus de récupération neuronale et synaptique (largement inconnus) après restauration de l’apport en oxygène.

Les expériences seront réalisées in vivo chez des rats anesthésiés, curarisés et ventilés artificiellement. Les
constantes physiologiques (Sp02, rythme cardiaque, expiration de C02) seront mesurées tout au long des
expériences. Les activités électrophysiologiques néocorticales (cortex somatosensoriel) seront recueillies par un
électrocorticogramme et par l’enregistrement intracellulaire simultané des neurones corticaux sous-jacents. Cette
approche permettra de mesurer à chaque instant les propriétés d’excitabilité des neurones, leurs patrons d’activités
synaptiques et la capacité du cortex à traiter des informations sensorielles (utilisées comme indice
neurophysiologique des fonctions corticales). Après une période contrôle, l’anoxie cérébrale sera induite par un
arrêt de la respiration artificielle. La réanimation consistera, après des durées d’anoxie variables, à rétablir la
respiration et donc l’oxygénation cérébrale.

Ce travail de recherche pourra être poursuivi par la réalisation d’un doctorat sur le même sujet dans notre
laboratoire.

Il est recommandé de consulter les références suivantes :
1. Altwegg-Boussac T et coll. Cortical neurons and networks are dormant but fully responsive during isoelectric
brain state. Brain, 140: 2381–2398, 2017.
2. Borjigin J et al. Surge of neurophysiological coherence and connectivity in the dying brain. Proc Natl Acad Sci.
110:14432–14437, 2013.
3. van Rijn CM et al. Decapitation in rats: latency to unconsciousness and the ‘wave of death’. PLoS One. 6:e16514,
2011.